Icône de fermeture du menu
Hub ESG
Hub Net Zero
Hub de l'économie circulaire

Le contexte de durabilité de l'information pour obtenir l'engagement des parties prenantes

20 mai 2011
Par le CST
Le contexte de durabilité de l'information pour obtenir l'engagement des parties prenantes

Le rapport sur le développement durable (RSE) est un outil de communication très important qui reprend et publie l'ensemble de la stratégie de développement durable (RSE) - de l'élaboration et de la mise en œuvre à l'intégration et à l'évaluation. Toutefois, pour les entreprises sophistiquées de cette génération, le défi n'est plus de décider de publier ou non un rapport sur le développement durable. Ce qui reste largement commun, c'est le défi de divulguer efficacement et de rendre compte des performances de l'organisation, en vue de parvenir à un développement durable.

En 2008, 74% des entreprises américaines ont publié des rapports, ce qui place le pays au troisième rang en matière de rapports sur le développement durable (KPMG, 2008) et en 2010, plus de 1850 rapports sur le développement durable ont été publiés à l'échelle internationale (GRI).

Le plus grand obstacle reste la capacité à divulguer efficacement les performances en matière de développement durable, en établissant le contexte de durabilité des opérations. Une fois que les organisations décident qu'elles sont prêtes à publier un rapport sur le développement durable, elles doivent prendre du recul et procéder à un examen interne et externe de leur impact. En d'autres termes, elles doivent déterminer le contenu du rapport, sinon de quoi parleront-elles ?

L'une des premières tâches à mettre en œuvre consiste à évaluer les risques et les opportunités actuels et futurs qui peuvent résulter du fonctionnement de l'Organisation et de son engagement actif (ou de son absence d'engagement) auprès de ses parties prenantes. Il s'agit d'une étape cruciale, car elle permet à l'Organisation de comprendre les différents groupes auxquels elle doit communiquer des informations lorsqu'elle rend compte de ses progrès en matière de développement durable. Ces groupes seront intéressés par l'examen du rapport, par les initiatives et les actions de l'Organisation qui répondent à leurs besoins et à leurs attentes, et par leurs commentaires.

En outre, l'organisation doit évaluer tous les niveaux de ses opérations et identifier les facteurs environnementaux, sociaux et financiers critiques qui affectent les performances et la viabilité actuelles et futures, bien entendu vis-à-vis des groupes de parties prenantes internes et externes. En évaluant l'impact ESG de ses activités, l'organisation peut identifier toutes les questions de durabilité qui sont importantes pour son secteur d'activité et son lieu d'implantation. En outre, en déterminant les lacunes existantes, l'organisation peut créer un plan d'action en matière de développement durable. Ce processus permet à l'organisation de déterminer les domaines devant faire l'objet d'un rapport à ses parties prenantes, par niveau d'opération.

La manière dont l'organisation choisit de mesurer la performance et d'en rendre compte est également d'une importance cruciale. L'organisation doit s'assurer qu'elle utilise des méthodologies valables et des lignes directrices acceptées, qui attribuent les indicateurs de mesure nécessaires pour faciliter l'établissement des rapports et permettre aux parties prenantes de comprendre et d'appréhender la performance. Bien qu'il existe un certain nombre d'options, les lignes directrices les plus largement utilisées et acceptées sont celles de la Global Reporting Initiative (GRI) et du Carbon Disclosure Project (CDP).

En établissant efficacement le contexte de durabilité du rapport de durabilité, l'organisation peut être assurée de communiquer le bon contenu au bon public cible, de la bonne manière !

Ironiquement, alors que les organisations sont constamment à la recherche de programmes efficaces pour s'engager avec leurs parties prenantes, elles oublient leur atout le plus important... leur rapport sur le développement durable ! Quelle meilleure façon d'approcher vos parties prenantes, de leur poser des questions, de recevoir leurs commentaires, que d'utiliser votre rapport sur le développement durable comme l'outil qui vous unira à elles. En utilisant le rapport de développement durable, l'organisation peut créer des événements ou mettre en œuvre des initiatives communautaires qui rassembleront tous les groupes de parties prenantes critiques et, grâce à la mise en place de canaux de communication innovants, établir une relation plus personnelle qui sera basée sur les piliers de la transparence et de la fiabilité !

Dans l'ensemble, le rapport sur le développement durable ne sert pas uniquement à mettre l'accent sur les réalisations, mais aussi à mentionner les domaines à développer ou même les domaines dans lesquels les impacts n'ont pas été aussi impressionnants que dans d'autres cas. Ce qui est inclus ou non dans le rapport dépend du public visé et des parties prenantes qui jouent un rôle crucial dans la définition de l'orientation de l'organisation. L'objectif est de présenter une image équilibrée de la performance ESG actuelle, dans le but général de renforcer la crédibilité, d'être transparent et de parvenir à un engagement réciproque avec les parties prenantes.

CSE est un prestataire de formation GRI en Grèce et offre une formation GRI certifiée pour la publication efficace de rapports RSE en conformité avec les lignes directrices GRI G3. La prochaine formation GRI aura lieu à Athènes, en Grèce, du 30 juin au 1er juillet. Ce cours est dispensé dans le cadre du programme de formation annuel du CST, tel que Sustainability (CSR) Practitioner, qui doit avoir lieu les 22 et 23 juin à New York City et successivement à San Francisco, Atlanta et Abu Dhabi jusqu'à la fin de l'année. Le CST a formé plus de 5 000 cadres et dirigeants d'entreprises de premier plan dans le monde entier et a facilité avec succès la croissance de praticiens qualifiés en matière de RSE pour une intégration efficace de la stratégie et des rapports de durabilité dans les secteurs public et privé depuis 2005.

Les organisations qui nous font confiance